"... Bénie ne parvient pas à effacer les heures du voyage et ses désagréments en évoquant l'arrivée tant espérée dans son île, la porte de l'avion ouverte comme celle d'un four sur la chaleur de l'été austral, cet été subit qui s'engouffre dans l'appareil et, dehors, les robes légères, les saris, les bras nus, les montagnes bleues, les éventails, l'air chargé du parfum éthylique de la canne en fermentation, mêlé à des relents de coriandre, de camphre, de safran et d'encens qui est, là-bas, l'odeur même du vent. ..." G.Dormann - Le bal du dodo.

115

"On n'y entend que des cris de joie, des gazouillements et des ramages inconnus de quelques oiseaux des terres australes, que répètent au loin les échos de ces forêts. La rivière qui coule en bouillonnant sur un lit de roche, à travers les arbres, réfléchit ça et là dans ses eaux limpides leurs masses vénérables de verdure et d'ombre, ainsi que les jeux de leurs heureux habiatants..." B. de St Pierre - Paul et Virginie.

121